Rite Oriental de Misraïm et Memphis

Franc-maçonnerie Egyptienne

Sebastiano Caracciolo

lundi 22 novembre 2004 par Claire Mercier

JPG - 10.2 ko
La Science Hermétique

" L’Antique et Primitif Rite Oriental de Misraïm et Memphis : ce rite égyptien, considéré pour ses valeurs structurales et initiatiques comme le berceau maçonnique de l’hermétisme, est l’un des plus rares rites traditionnels et réguliers qui conservent encore le pouvoir de transmission. Il donne à l’homme qui le désire une voie d’éveil de la conscience au monde divin " Livre Hebdo, N°360, décembre 1999.

La chute

Le mythe de Narcisse est bien connu. Se regardant dans les eaux, il tomba amoureux de sa propre image, et chuta dans ces mêmes eaux, qui l'immergèrent. Dans la tradition biblique, l'homme tombe dans un sommeil profond et, à son réveil, il se retrouve non plus un mais deux : une partie active, pensante, positive, appelée spécifiquement masculine, et une partie passive, sensitive, réceptive, une matrice humaine, appelée spécifiquement féminine

Les deux mythes sont équivalents : en fait, se regarder dans l'eau ou tomber dans un sommeil profond signifie une atténuation, un affaiblissement de la Conscience de l'Unité, alors que tomber amoureux de sa propre image et se retrouver en deux après le sommeil signifient le début de l'acquisition de l'état de conscience de la séparation et de la connaissance de l'autre soi-même.

A partie de ce moment commence la chute de l'état de conscience de l'Unité vers les états multiples de l'être, car est né dans l'homme le désir de connaissance de tout ce qui l'entoure.

Au fur et à mesure qu'il s'éloigne du Centre originel surgit en lui une crise d'identité, un glissement vers une nouvelle conception des choses, un affaiblissement progressif du contact avec le divin, un accroissement conséquent de la personnalité pendant que le soi intérieur, l'étincelle divine, se dissout toujours plus dans la matérialité en descendant vers le pôle du devenir.

Nous connaissons dans toutes les traditions la succession des cycles à travers laquelle se déroule la descente, l'atténuation du souvenir des origines et le déplacement du point de référence de l'état de conscience du pôle spirituel vers le pôle matériel.

Le drame de l'homme naît d'avoir été placé au centre de la manifestation alors qu'il participe des deux natures et des forces occultes relatives qui se scellent d'elles-mêmes et, en outre, du fait d'avoir été divisé en deux êtres complémentaires en continuelle opposition et en recherche réciproque d'une intégration qui, jusque-là, s'est seulement exprimée par la prévarication d'un être sur l'autre, et qui fut la source de confusion entre les deux sexes. Ceci a grandement accentué la chute, jusqu'à nos jours où il n'y a ni homme ni femme, mais seulement des êtres hybrides.

Il faut se référer à la Tradition Originelle pour comprendre que c'est seulement dans une synthèse harmonieuse créative que les deux êtres, même s'ils conservent leur fonction distincte, réalisent pleinement leur propre nature, réduisant dans le masculin tout ce qui est féminin et dans le féminin tout ce qui est masculin.

L'initiation

Par chance, la Tradition ne s'est pas perdue, elle a toujours été conservée par une élite, qui, même si elle s'est fondue toujours plus dans la multitude, contextuellement elle s'est renforcée toujours plus dans son rattachement à l'ordre divin.

Précisons tout de suite que l'initiation est étroitement liée à la Tradition et consiste en une opération rituelle qui ne peut être inventée. Elle est transmise depuis des temps immémoriaux de façon ininterrompue dans ses lignes essentielles et dans ses règles fondamentales par le Rite. Il est nécessaire de préciser la signification des termes personnalité et individualité. Alors que l'individu est le soi intérieur, l'étincelle divine immuable et éternelle, la personne est la forme dans laquelle le soi est tombé. Le soi est lié au monde de l'être, la personne est liée au monde du devenir.

Tuer le vivant et réveiller le mort, dit la Tradition hermético-alchimique, en relation à notre propos, le vivant correspond la personnalité, au Je, et le mort à une personnalité rénovée, naturellement authentique, qui nous prépare à une transmutation ininterrompue qui signera l'avènement d'un nouvel état de conscience.

Extraits de : Sebastiano Caracciolo, La Science Hermétique, Editions L’Originel-Antoni.www.loriginel.com

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques |

     RSS fr RSSPhilosophies et Religions   ?

Creative Commons License

-->